Nag…and so on…

Un peu de tout, un peu de moi and so on…

Simone de Beauvoir, écrivain militant

1 commentaire

Simone de Beauvoir (1908-1986) a partagé la vie de Jean-Paul Sartre. Certes, mais elle est bien plus que la compagne de vie du philosophe et écrivain.
 Philosophe, romancière, essayiste, Simone de Beauvoir a touché à tout avec brio. Vivant dans l’ombre de Sartre, on l’a souvent mise de côté. Mal comprise, elle reste souvent caricaturée sous les traits d’une féministe ardente et inconditionnelle. Heureusement, l’anniversaire de sa naissance a permis une diffusion de portraits et d’ouvrages sur Simone de Beauvoir, loin des clichés médiatiques.
Elle révèle, très jeune, des qualités intellectuelles étonnantes et se sentira marquée par son sexe dès son enfance, son père lui répétant souvent « tu as un cerveau d’homme ». Elle retrace son enfant dans  ses célèbres Mémoires d’une jeune fille rangée en 1958.
Après des études brillantes et diverses, notamment en lettres, elle choisit la philosophie et  prépare le concours avec notamment Sartre et Nizan. Sartre et Beauvoir finiront ex-aequo à l’agrégation  mais, en 1929, en cas de surnombre, les femmes passaient après : elle sera finalement classée deuxième tout en étant la plus jeune agrégée de France.
Sartre et Beauvoir formeront à partir de ce moment un couple mythique et scandaleux jusqu’à la fin de leur vie. Ils se définissent alors comme un amour « nécessaire », les autres étant alors « contingentes ».
En 1945, Sartre, Beauvoir et Merleau-Ponty publie le 1er numéro de « Temps modernes ».
En 1949, Simone de Beauvoir publie Le deuxième sexe, ouvrage qui fait scandale et dans lequel elle dénonce l’aliénation de la femme et prône l’indépendance de ce « deuxième sexe ». Elle s’appuie sur de multiples données (sciences humaines, biologie notamment) pour montrer que la domination masculine n’est qu’un construit et non une donnée naturelle. Cet ouvrage aura une postérité bien plus importante aux Etats-Unis qu’en Europe, où on l’a souvent caricaturé.
En 1954, elle obtient le prix Goncourt pour Les mandarins, roman dans lequel elle s’interroge sur la société française après la seconde Guerre mondiale, face à l’émergence de l’URSS.
Simone de Beauvoir publie en 1958 ses Mémoires d’une jeune fille rangée puis suivront jusqu’en 1972 La force des choses, La force de l’âge, Tout compte fait et Une mort très douce.
Après la mort de Sartre en 1980, elle publiera une partie de leur correspondance dans La cérémonie des adieux et Lettres au castor.
Simone de Beauvoir décède le 16 avril 1986et est inhumée près de Sartre, au cimetière Montparnasse.

Personnellement, c’est un auteur que j’apprécie tout particulièrement, notamment à cause de son style mais aussi de sa sensibilité quand il s’agit de décrire des personnages, et particulièrement des personnages de femmes. J’aime aussi son côté scandaleux, sa liberté qui l’ont conduite à écrire des ouvrages bien différents de ce qu’on acceptait à l’époque.

A lire sur ce blog : 

Une réflexion sur “Simone de Beauvoir, écrivain militant

  1. saxaoul a dit… Merci pour cette petite biographie de Simone de Beauvoir. Un petit rappel, ça ne fait pas de mal ! 24 novembre 2008 20:45  Nag a dit… C’est un auteur que j’aime beaucoup et je trouve parfois qu’on en parle mal! Donc j’ai envie que les gens connaissent et essaient de la lire. 24 novembre 2008 20:48

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s