Nag…and so on…

Un peu de tout, un peu de moi and so on…


1 commentaire

Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération « Les matchs de la rentrée littéraire » organisée par Priceminister, en partenariat avec des blogueurs.

Philippe Delerm reprend des petites phrases dites sans y penser qui véhicule pourtant des idées préconçues, des remarques bizarres, des pensées creuses, des phrases caractéristiques de certains lieux ou de certaines conversations…  Il commence par « je vais passer pour un vieux con » en passant par « les mots sont dérisoires » ou encore « j’ai fait 5 ans de piano », « c’est peut être mieux comme ça« …

Je souhaitais découvrir cet auteur dont j’avais beaucoup entendu parler. Je ne savais pas qu’il ne s’agissait pas d’un roman quand j’ai choisi ce livre, je n’aime pas trop lire les résumés de façon trop extensive, même si j’en lis toujours les 3 ou 4 premières lignes. Je suis très mitigée sur ce livre qui m’a déçue! L’idée est amusante, certaines phrases sont des platitudes sociales que l’on peut être amené à dire un jour, des tics de langage, etc. Les premiers passages m’ont amusés, j’ai trouvé que c’était parfois très bien vu, bien analysé! Mais au bout d’une dizaine de passages, j’ai commencé à m’ennuyer ferme. L’auteur ne crée pas d’histoire autour de ces phrases toutes faites mais les commente, de façon parfois amusante mais aussi parfois de manière très plate, à la façon d’un documentaire. Je n’ai donc pas terminé ce livre, déçue du manque d’imagination de l’auteur, de la forme même de ce livre et un petit peu de son style, très journalistique.

Dans le cadre de ce match de la rentrée littéraire, il faut que je donne une note chiffrée (je trouve que ce n’est jamais facile, aller, je me lance!) : 10/20 parce que l’idée était amusante et que j’ai souri en lisant la première moitié mais aussi parce que je me suis finalement pas mal ennuyée!

Je vous invite à consulter la fiche de ce livre sur Priceminister, que vous pouvez acheter d’occasion si l’envie vous en dit!

Publicités


Poster un commentaire

Le pays de mon père, Wibke Bruhns

Cet ouvrage est un document sur une famille allemande dans l’Allemagne moderne, à parti de la fin du XIXème siècle. L’auteur, dernier enfant d’une famille nombreuse, ne connaît presque pas son père, exécuté après avoir participé à la conspiration contre Hitler en 1944. Elle s’interroge, alors que, en tant que journaliste, elle part s’installer avec sa famille à Jérusalem, sur le passé nazi de ses parents notamment mais également sur l’histoire de sa famille.

Je dois dire tout d’abord que je ne suis pas allée au bout de ce livre. J’ai aimé le style de l’auteur et le projet qui apparaît dans tout ça. Mais j’avoue que l’auteur m’a perdu dans l’enfance de son père et sa participation à la Première guerre mondiale. Le démarrage est un peu lent bien que l’analyse et les faits racontés par l’auteur nous dresse un portrait passionnant d’une famille allemande depuis Bismarck. Mais on en reste trop à des événements strictement privés, en tout cas dans le 1er tiers du livre.  J’avoue que ce n’est finalement pas ce à quoi je m’attendais et j’ai préféré arrêter là, en me disant que j’avancerai peu à peu, dans la vie de cette famille, sans en faire un livre de chevet.


Poster un commentaire

ABANDON : Femmes qui courent avec les loups, Clarissa Pinkola Estés

Je n’ai pas pu lire plus de 20 pages de ce livre. Le terme « la femme sauvage » qui revient à toutes les phrases m’a vraiment refroidie. L’auteur préconise que chaque femme retrouve la « femme sauvage » qui sommeille en elle, telle une louve, car étouffée par la culture occidentale et par les hommes (je résume). Je n’ai pas accroché du tout… Je ne peux pas en dire plus faute d’avoir continué… Pourtant, ce livre avait de bonnes critiques! Peut être n’était ce pas le bon moment…


3 Commentaires

Mémoire infidèle, Elizabeth George

Ce roman faisait partie de mon défi sur la littérature policière! Eh bien, après m’y être reprise 2 fois à quelques mois d’intervalle, en lire un peu plus de 50 pages a été d’un ennui profond! Donc j’abandonne ce roman, tant pis! Je n’ai pas aimé le style, très familier, et puis je trouve que l’intrigue met beaucoup de temps à arriver. Même une fois le meurtre commis, je n’avais pas envie de savoir qui était le meurtrier…

Donc comme le règlement du défi prévoit que l’on puisse changer ses romans, je préfère remplacer celui ci par Une tombe accueillante de Michael Koryta que j’avais adoré! J’aime autant vanter un très bon roman!


8 Commentaires

ABANDON: Le destin miraculeux d’Edgar Mint, Brady Udall

Ce roman est le 1er abandon dont je vais vous parler. Cela est rare et ce n’est même pas parce que je n’aime pas ce livre…

L’histoire: Edgar Mint est un petit garçon à moitié Américain et à moitié Indien. Il grandit dans une réserve, dans un milieu assez pauvre, élevé par sa grand mère. Un jour, la voiture du facteur lui roule sur la tête et c’est là que commence véritablement son destin. Il retrace les conditions de sa naissance et raconte sa vie au fur et à mesure, avec le ton naïf et drôle d’un petit garçon qui ne connaît rien de la vie… et pourtant, Edgar Mint a vraiment une vie et un destin difficile!

Ce roman est assez curieux, comme il est précisé sur la 4ème de couverture, c’est le Garp des années 2000. Et, tout comme j’ai essayé de lire Garp, j’ai vraiment tenté de lire Edgar Mint. Mais au bout d’un tiers du roman, je m’ennuie déjà. La vie d’Egdar est bizarre, triste, absurde. Ce n’est pas triste, pas difficile à lire. Mais je n’y arrive pas. J’ai déjà l’impression d’avoir faire le tour du roman, je ne l’ouvre qu’avec un petit soupir… Eh oui, c’est pour ce genre de déception que j’ai parfois du mal à ouvrir des romans que je ne connais pas… mais j’ai été tout de même intéressée par ce roman, curieuse, mais pas assez pour vouloir en connaître la fin.

Cet ouvrage fait partie de mon challenge ABC. Certes je ne l’ai pas fini mais mon but pour ce challenge était de faire des découvertes, et c’est fait!