Nag…and so on…

Un peu de tout, un peu de moi and so on…


1 commentaire

Frankie Addams, Carson McCullers

L’histoire: Frankie Addams est une adolescente qui traîne son mal être en Géorgie, entre Bérénice, la cuisinière noire et son petit cousin John Henri. Orpheline de mère, son père tient une bijouterie dans la ville et se montre particulièrement absent. Frankie Addams se pose des questions sur le sens de la vie, se met en danger continuellement mais ne peut s’empêcher de rêver d’ailleurs. Sa vie semble changer pour elle quand elle apprend que son frère aîné se marie et elle se projette alors dans la vie des deux jeunes mariés.

Ce roman m’a fait pensé à Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, à cause du contexte de l’Amérique des années 30-40 et de la solitude de cette petite fille. Toutefois, ce roman est beaucoup plus sombre que le premier. On se traîne aux basques de Frankie, jeune fille très enfantine et un peu mythomane, qui à défaut d’accepter sa vie, se projette dans celle des autres. L’annonce du mariage de son frère l’amène à rêver de voyages, de départs…Elle finit toutefois par grandir, avec l’aide de Bérénice, sa mère de substitution et changed’ailleurs de prénom au fur et à mesure du roman : Frankie, F. Jasmine puis Frances. On tremble pour la jeune Frankie que son mal être met en danger. Je n’ai pas su, tout au long du roman, si j’aimais Frankie ou si elle m’agaçait franchement. Mais j’ai eu peur, j’ai même pensé que cela finirait mal! et j’ai été franchement triste de la solitude de cette enfant, de l’absence de parents que l’on ressent au fil des pages. Un roman que je suis contente d’avoir découvert!!!

Merci aux éditions du Livre de Poche pour m’avoir offert ce roman.


3 Commentaires

La Trilogie New-Yorkaise : Revenants, Paul Auster

L’histoire: Bleu est un détective privé censé espionner Noir, installé dans une chambre. Noir ne semble rien faire de particulier qui puisse justifier cette surveillance dont il fait l’objet. Bleu l’espionne, le suit, finit par le connaître dans le moindre détails, le moindre de ses faits et gestes. Au point que Bleu va finir par s’interroger sur lui même et sur sa vie. Jusqu’à ce qu’il comprenne qui l’a engagé et pourquoi… ce qui le conduira à sa perte!

Ce roman est encore plus déroutant que Cité de verre. Les personnes ont tout d’abord des noms de couleurs : Noir, Bleu, Brun, etc. C’est assez curieux au début et vraiment pas évident pour la compréhension du texte. Je me suis accrochée pourtant. On se demande où ce récit va pouvoir nous emmener mais on se prend au jeu. Qui  a engagé Bleu? Pour quoi? On s’aperçoit peu à peu que Noir a une  position bien ambigüe. La solitude est l’élément clé de ce roman, encore plus que dans le précédent. Chaque personnage est seul. Noir finit par s’inventer une vie pour ne plus être seul. C’est déroutant, c’est terriblement triste et troublant finalement… et ça nous rappelle notre société dans laquelle certaines personnes sortent aux heures de pointe pour voir du monde, s’inventent des problèmes pour pouvoir en parler…


7 Commentaires

La Trilogie New-Yorkaise : Cité de verre, Paul Auster

Ce roman est le 1er tome de la célèbre « Trilogie new-yorkaise ».

L’histoire: Quinn est un écrivain new-yorkais qui s’est isolé des autres après avoir perdu sa femme et son fils. Il écrit des romans policiers faciles. Une nuit, il est réveillé par le téléphone et son interlocuteur demande M. Paul Auster. Il lui répond qu’il s’est trompé. Le téléphone sonne plusieurs nuits d’affilée et Quinn ne répond pas. Une nuit, il décide de répondre et annonce qu’il est bien Paul Auster. Sa vie bascule. Il se retrouve à suivre un homme soupçonné de vouloir tuer son fils. Cet homme est un illuminé et la vie de Quinn va basculer avec cette enquête, cette mission qu’il se donne.

J’avoue que je ne m’attendais pas à cela. J’avais entendu dire que cette trilogie évoquait la solitude de l’homme dans la ville. C’est vrai. Mais je m’attendais à un roman plus personnel, plus psychologique. J’ai beaucoup aimé ce premier tome. Je ne m’attendais pas à ce que le 2nd ne soit pas la suite du 1er… Déception! C’est ça de lire des romans dont on ne sait rien. Mais j’ai aimé cet art de la narration que tout le monde reconnaît à Auster. J’ai aimé sa façon de suggérer, d’insinuer ce qu’il souhaite dire dans la tête du lecteur tout en racontant une histoire. On peut donc lire ce roman en s’arrêtant aux faits et on se trouve là dans l’absurde… On peut aussi décrypter, y voir autre chose et la solitude des personnages de Paul Auster prend tout son sens… Chaque individu est terriblement seul. C’est assez angoissant au final! Mais j’ai aimé cette découverte d’Auster, au point que j’ai enchaîné sur le 2ème roman de la trilogie. MAis je pense que je ferai une pause pour lire enfin le 3ème, un peu plus tard…


3 Commentaires

Daisy Miller, Henry James

L’histoire : Le jeune Winterbourne est un Américain qui a grandi en Europe. Il rencontre en Suisse, Daisy Miller, une jeune femme américaine assez libérée. Celle ci se soucie peu du quand dira-t-on et se promène constamment avec des hommes, sans chaperon. Elle n’a pas non plus sa langue dans sa poche et ne semble gênée de rien. Winterbourne va tomber sous le charme de cette jeune femme sans jamais savoir si elle est « innocente » ou juste délurée et donc infréquentable.

J’ai aimé retrouvé dans cette nouvelle le style de Henry James que j’avais vraiment apprécié dans Le tour d’écrou : une écriture claire, raffinée mais sans trop de fioritures. Une écriture vraiment élégante! L’histoire est assez amusante car on se demande effectivement quelles seront les conséquences du comportement de Daisy Miller, qui tend à s’isoler progressivement de ses compatriotes faute d’un comportement décent. On s’interroge également sur l’attirance du jeune Winterbourne. Où cette histoire nous mènera-t-elle? Au final, la fin pour Daisy n’est pas franchement glorieuse mais un peu rapide à mon goût! Une bonne lecture néanmoins…

 


5 Commentaires

Une rose pour Emily et autres nouvelles, William Faulkner

Ce recueil comporte 4 nouvelles :

  • « Une rose pour Emily »
  • « Chevelure »
  • « Soleil couchant »
  • « Septembre ardent »

Ces 4 histoires se déroulent aux Etats Unis et dressent des portraits de femme. Dans « Une rose pour Emily », Faulkner évoque Emily, une femme cloîtrée dans sa maison et dont on ne découvre le secret qu’après sa mort. « Chevelure » évoque une jeune fille qui suscitera l’amour chez le coiffeur qu’elle fréquente depuis qu’elle est enfant. Dans « Soleil couchant », Nancy, une employée de maison noire craint le retour de son mari violent qui l’a quittée. Enfin, « Septembre ardent » évoque le comportement de Minnie Cooper, une femme qui ne suscite que de l’indifférence chez les hommes et ira jusqu’à inventer son agression par un homme noir.

J’ai bien aimé ces 4 nouvelles mais surtout « Une rose pour Emily » et « Septembre ardent ». La 1ère parce que c’est l’histoire d’un secret, d’une pauvre femme que personne ne connaît vraiment et qui, sous l’apparence d’une indifférence tranquille, a finalement vécu une sorte de passion. La 2nde à cause du contexte. Faulkner dans cette nouvelle semble dénoncer la foi que l’on accorde dans les dires de Minnie Cooper, qui dit s’être faite violée par un Noir, et le sort du pauvre homme qui n’a même pas l’occasion de se défendre. La cruauté et l’assurance des hommes du village qui viendront le trouver est vraiment dérangeante. Il me semble que ces nouvelles dressent le portrait d’une société et d’une période, le Sud des Etats Unis au temps de la ségrégation. J’ai bien aimé le style de Faulkner mais sans plus. Je l’ai trouvé très sobre. Il faudrait sans doute que je lise ses oeuvres principales pour en avoir une meilleure idée.


Poster un commentaire

Challenge 100 ans de littérature américaine

Juste pour voir, je fais un petit bilan de ce que j’ai déjà lu en matière de littérature américaine mais aussi de ce que j’aimerais lire/découvrir (sans pour autant que cela constitue un programme de lecture!). Je précise que je liste ici les auteurs qui me paraissent être marquants dans la littérature américaine, j’exclus de fait les auteurs de polars que j’adore mais qui, à mon sens, ne rentrent pas dans ce challenge…

  • Ce que j’ai lu (et ça fait pas bien lourd au final!)

Francis Scott Fitzgerald:
Gatsby le Magnifique
« L’étrange histoire de Benjamin Button« 
« Une vie parfaite »
« La sorcière rousse »
« La coupe de cristal taillé »
« L’accordeur »

Harper Lee:
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Henry James
Le tour d’écrou
« Daisy Miller »

Ray Bradbury
Chroniques martiennes

En creusant je réalise que j’ai également lu enfant (et que j’aimerais bien relire d’ailleurs!) :

Laura Ingalls Wilder
La petite maison dans la prairie (les 10 tomes! j’avais adoré)

Luisa May Alcott
Les quatre filles du Dr March (il me semble que j’ai également lu les tomes suivants)

  • Ce que j’aimerais lire

Francis Scott Fitzgerald (j’aime tellement!):
Tendre est la nuit
Le dernier Nabab

Faulkner
Une Rose pour Emily et autres nouvelles (dans ma PAL depuis un bail!)

Nabokov
Lolita (idem! j’ai lu 100 fois la 4ème de couverture tellement j’adore l’extrait…)

Armistead Maupin
Chroniques de San Francisco

Edgar Poe
« Petite discussion avec une momie »

Toni Morrisson
Beloved

  • Les auteurs que j’aimerais découvrir

Bukowski
Truman Capote
Tennessee Williams
Henry Miller
Paul Auster
Phillip Roth
Hemingway (j’avais déjà essayé mais bon, j’aimerais bien retenter)

Si vous voulez creuser le sujet, voici quelques listes d’auteurs US sur Wikipedia ainsi que d’autres indications ICI sans parler de la liste de Bouh.

Cette petite liste d’envie ne constitue pas LA liste du challenge! Je me suis engagée à lire au moins 10 livres, je piocherais au fur et à mesure de ma PAL et de mes envies…